Philippe Bond se retire de la vie publique après avoir été accusé d’inconduites sexuelles par huit femmes

Après que Philippe Bond ait clamé haut et fort son innocence face aux rumeurs qui planaient depuis quelques jours à son sujet, voilà que huit femmes ont décidé de témoigner à La Presse.

Les femmes affirment avoir subi d’une forme ou d’une autre des inconduites sexuelles de la part de l’humoriste Philippe Bond, entre les années 2006 et 2015.

Commentaires sexuels déplacés, touchers non désirés, baisers forcés, fellation imposée dans une cabine de toilette pour femmes et relation sexuelle sans consentement… La liste de comportements d’inconduite sexuelle reprochés à l’humoriste est longue.

On se rappelle qu’il y a quelques jours, une femme avait laissé un commentaire très compromettant sous la publication de l’humoriste qui clamait son innocence.

Voici ce qu’elle avait écrit :

show_image_153128_2

Selon ce que rapporte La Presse, Philippe Bond était alors âgé de 28 ans et a en effet écrit un message d’excuse à ses collègues féminines suite à des évènements qui se sont produits à une fête de fin de production de l’émission de télévision Juste pour rire : les gags en 2007.

Voici un extrait de la lettre obtenue par La Presse :

« Cette lettre s’adresse à toutes celles que j’ai pu offenser [sic] lors du dernier party des gags. Ce soir-là j’ai dépassé les bornes et je m’en excuse. Désolé de ce que j’ai pu dire ou faire. »

show_image_155009_3

Marie-Michelle Émond, la productrice déléguée du plateau de tournage en question, a déclaré ceci à La Presse:

Une autre victime raconte ce qu’elle a vécu en 2007. Cette fois-ci c’est l’histoire de Lisa Matthews qui avait 20 ans quand elle a rencontré Philippe Bond dans le bar d’un hôtel.

Vers 2 h ou 2 h 30 du matin, elle s’est dirigée vers les toilettes. En y arrivant, elle s’est aperçue que Philippe Bond l’avait suivie :

Selon Mme Matthews, l’humoriste lui aurait lancé : « T’as envie de moi. »

La jeune femme dit avoir refusé les avances déplacées en lui disant qu’elle voulait simplement aller à la toilette :

« Le personnage drôle qui déconnait au bar, super funny, versus ce qu’il était dans la salle de bain, ce n’était plus le même gars. Son regard était méchant, il était très imposant, très agressif. »

L’humoriste lui aurait répondu ceci:

« Je le sais, t’es une petite agace, tu me veux. »

Philippe Bond aurait alors sorti son sexe avant de l’enfouir dans la bouche de la victime:

Lisa Matthews affirme être allée à la police de Gatineau deux semaines plus tard, mais elle mentionne ne pas avoir été prise au sérieux par des policiers:

Elle a aussi mentionné à l’équipe de La Presse qu’elle pensait retourner porter plainte à la police, car selon elle les mentalités ont évolué.

Ceci n’est qu’une partie de toutes les histoires révélée par l’article de La Presse.

Depuis la sortie de l’article en question, l’humoriste a partagé ceci sur son compte Instagram.

show_image_155016_2

À l’heure actuelle, les médias sociaux de l’humoriste semblent avoir été désactivés.

Source: La Presse

À propos de l’auteur: QcScoop

Votre gossip girl quebecois