Maripier Morin fond en larmes en parlant des séquelles psychologiques qu’elle a subies à Occupation Double

Maripier Morin, figure bien connue de la télévision québécoise, a récemment partagé son expérience marquante lors de sa participation à l’émission Occupation Double. Sa courageuse révélation sur les séquelles psychologiques qu’elle a subies offre une puissante leçon sur la bienveillance envers les jeunes talents télévisuels.

Dans les dernières années, Maripier Morin a fait preuve d’une force intérieure exceptionnelle et d’une détermination à toute épreuve. Elle a surmonté des moments extrêmement difficiles et, aujourd’hui, elle partage son vécu en espérant sensibiliser le public sur les conséquences souvent méconnues des médias et de la notoriété. Voici ce qu’elle avait à dire:

« 17 ans, les gars, que j’ai fait Occupation Double ! J’ai toujours beaucoup d’empathie pour les gens qui s’inscrivent. La personne qui va là, elle ne va pas là pour se dire «Je vais aller scrapper ma vie et ma réputation», tu sais, il n’y a personne qui est assez fou pour ça », déclare-t-elle.

Occupation Double, une émission de téléréalité, a souvent été critiquée pour le traitement parfois brutal réservé à ses candidats dans les médias. Les retombées médiatiques négatives peuvent causer d’énormes dommages psychologiques, comme l’explique Maripier. Bien que des mesures de soutien psychologique soient maintenant plus courantes pour les participants, à l’époque de sa participation, Maripier a dû faire face à un « gros silence radio » après sa sortie.

Son expérience n’a pas été sans heurts, et elle se souvient d’un article intitulé « Stéphanie fait un pacte avec le diable », où elle était présentée comme le diable. Cela a eu un impact profond sur sa famille, notamment sur son grand-père, qui ne voulait plus sortir chercher le journal par honte de ce qu’il lisait sur sa petite-fille.

Après sa sortie de l’émission, Maripier a trouvé extrêmement difficile de faire face aux critiques et aux jugements médiatiques. Elle avoue que cela a laissé une empreinte profonde sur sa perception de soi.

« C’est là où j’ai installé quelque chose dans mon cerveau et dans mon for intérieur que j’étais un échec, que j’étais une mauvaise personne et que je ne méritais pas d’être. »

Cependant, avec le recul, et après 17 ans, elle a commencé son propre processus de rétablissement et de thérapies, ce qui l’a amenée à réfléchir sur son expérience passée. Elle exhorte maintenant le public à être bienveillant envers les jeunes qui se lancent dans des projets médiatiques similaires.

L’histoire de Maripier Morin est un rappel puissant de l’importance de soutenir les jeunes talents, de promouvoir la bienveillance et de reconnaître que derrière chaque visage médiatique se cache une personne avec ses propres défis et vulnérabilités.

Voici la vidéo complète de son segment à la radio:

https://www.instagram.com/reel/Cxa89uprVNf/?utm_source=ig_web_copy_link

À propos de l’auteur: QcScoop

Votre gossip girl quebecois