La Banque Nationale fait l’objet de vives critiques concernant son questionnaire d’embauche

Le questionnaire d’embauche de la Banque Nationale, qui inclut une question sur l’orientation sexuelle des candidats, suscite des réactions diverses au sein de la population.

Dans un document comprenant cinq questions, la Banque Nationale pose des questions plutôt personnelles aux candidats, dont la dernière concerne l’orientation sexuelle : «Quelle est ton orientation sexuelle?» Cette interrogation facultative soulève des interrogations sur le caractère éthique de cette démarche en contexte d’embauche.

Les autres questions du document portent sur des éléments similaires, tels que l’identification de genre, l’appartenance à des groupes ethniques ou raciaux, ainsi que la situation de handicap. Cependant, c’est la question sur l’orientation sexuelle qui suscite le plus de réactions et d’interrogations quant à son utilité dans le processus d’embauche.

Selon Annie Boilard, présidente du Réseau RH, bien que cette question soit facultative et à des fins statistiques plutôt que de sélection, elle peut induire en erreur les candidats et créer une mauvaise impression de l’employeur.

Des réactions variées ont été recueillies par TVA Nouvelles près d’une épicerie du Grand Montréal, allant de l’incompréhension quant à la pertinence de cette question à la préoccupation sur la confidentialité et l’éthique de cette pratique.

Interpellée par TVA Nouvelles, la Banque Nationale a précisé que ce questionnaire visait à améliorer ses pratiques en matière d’inclusion et de diversité, et non à disqualifier des candidatures.

 

À propos de l’auteur: QcScoop

Votre gossip girl quebecois