La vapoteuse de Tulum explique pourquoi c’est difficile et stressant selon elle d’être une influenceuse au Québec

Il y a quelques jours, l’influenceuse Özyalcin, une jeune femme riche de 23 ans qui habite en Allemagne et qui voyage partout dans le monde avait dit qu’être influenceuse voulait dire travailler littéralement à tous les jours et que lorsqu’elle était en vacances, elle ne pouvait jamais décrocher.

show_image_225955_5

Elle avait aussi mentionné quelle devait faire des stories et publier 2 photos par jour et que cela était très stressant.

Suite à cet article, Vanessa Sicotte, aussi connu sous le nom de La vapoteuse de Tulum, a expliqué être d’accord avec la riche influenseuse et a tenu à expliquer pourquoi. Voici ce qu’elle a partagé en story sur Instagram:

Pour vrai, je suis d’accord avec elle. Ce n’est pas si facile que ça contrairement à ce que les gens peuvent croire. Chaque jours de ma vie je dois trouver des idées différentes. Créer du contenu diversifié. Et des fois, ça ne me tente juste pas. Des fois je me dis bon ce soir je dois prendre une photo pour le lendemain et je n’ai aucune inspiration.

Oui j’ai juste ça à faire prendre 1 photo chaque jour, 1-2 vidéos par mois, mais c’est du travail 100% du temps. Je ne peux pas me dire: Je prend 1 semaine de vacances. C’est vrai aussi que je ne peux jamais décrocher. C’est un travail 365 jours par année. Même quand je pars en voyage, ce n’est pas des vacances, je dois prendre ma photo chaque jour, sinon je vais perdre beaucoup.

Qu’en pensez-vous?

Source: ConneriesQC

À propos de l’auteur: QcScoop

Votre gossip girl quebecois