Élisabeth Rioux s’ouvre sur sa vie sentimentale

Élisabeth Rioux s’est récemment confiée sur sa vie sentimentale et sur plusieurs autres sujets alors qu’elle était de passage au balado Un P’tit Talk, animé par Catherine Bastien et Audrey Deslauriers.

En effet, la femme d’affaires et influenceuse s’est ouverte sur l’allaitement et sur son entreprise, entre autres, mais aussi sur ce qu’elle recherche dans une prochaine relation en termes de valeurs et de style de vie.

« Pour vrai, je ne sais pas ce que je veux. Depuis que j’ai Wolfie, mon travail et tout, je suis tellement occupée. Oui, il y a des moments quand je me couche le soir que j’aimerais avoir quelqu’un avec qui partager tout ça. […] De ne pas avoir quelqu’un avec qui partager ma vie, c’est sûr que ça me manque et on s’entend que c’est un peu un but de vie d’être avec le papa de ton enfant. On dirait que j’aimerais ça claquer des mains demain matin et être dans une routine avec un gars. »

La maman de la petite Wolfie a ensuite expliqué que ses temps libres sont réservés à sa fille, donc c’est difficile pour elle en ce moment de consacrer du temps à quelqu’un d’autre.

« Le dating de genre rencontrer des gars, faut au moins qu’on sorte ensemble depuis six mois pour que tu rencontres ma fille, c’est trop important. Je ne veux pas que tu rencontres ma fille, mais les soirées que j’ai de libre, je veux les passer avec ma fille, je n’ai pas le temps pour toi. Je ne vais pas aller dormir ailleurs, moi, je dors avec ma fille et c’est tout. Si jamais, une soirée aux trois semaines, je sors avec mes amies, je m’en vais chez [elles], je m’ennuie de mes amies aussi. On dirait que je n’ai pas le temps de dater et de rencontrer. »

« Je suis tellement mélangée que peut-être dans le fond, je ne suis juste pas là. Moi, j’ai besoin d’un gars qui va être disponible quand je le suis, mais quand je ne suis pas disponible, il ne m’achale pas, ça, ça n’existe pas, je ne peux pas avoir quelqu’un qui vit pour moi. On dirait que ça me cringe un gars qui pense qu’il peut rentrer dans ma vie avec Wolfie, qu’est ce qu’on a moi pis Wolfie en ce moment c’est trop important », a-t-elle poursuivi.

Toutefois, Élisabeth mentionne qu’elle ne ferme pas la porte à une fréquentation à temps partiel.

« Peut-être qu’en ce moment, j’ai juste besoin mettons d’un f*ck friend. Je n’ai jamais eu de one night genre de toute ma vie donc je ne suis pas down d’avoir un one night, ce n’est pas moi. C’est sûr qu’il faudrait quelqu’un de récurrent, quand j’ai le goût de me coller c’est beau on se colle, mais sans que ce soit trop personnel ou trop important. Je suis gênée, moi, mettons mon chum, ça va prendre un an avant qu’il me voie toute nue, minimum. »

« Je ne me considère pas quelqu’un de full sexuel dans la vie en général. J’ai tout le temps peur [que] si je couche avec un gars et qu’après ça, il dise sur Internet ou qu’il le dise à tous ses amis, ça me fait tellement peur que je ne le fais pas. »

Pour voir l’entretien complet, c’est ici :

Source : Narcity

À propos de l’auteur: QcScoop

Votre gossip girl quebecois