Cath Peach partage qu’elle aura de durs choix à faire face à sa carrière d’infirmière

Pour ceux qui ne le savaient pas, avant de participer à Occupation Double Grèce, Catherine « Peach » Paquin était infirmière.

Par ailleurs, récemment, dans le cadre de son passage au balado La vie sociale, animé par Karl Hardy et Cam DS, Catherine a discuté du métier de créatrice de contenu ainsi que de sa carrière d’infirmière.

D’entrée de jeu, celle qui a maintenant sa propre compagnie de bijoux, Appy, a raconté qu’elle était retournée travailler dans les hôpitaux pendant la pandémie afin de donner un coup de main.

À propos de son futur en tant qu’infirmière, l’entrepreneure et influenceuse a mentionné qu’elle aura de difficiles décisions à prendre, tel que rapporté par Narcity:

« Là je vis sur du temps emprunté, dans le sens où il me reste trois ans à me brancher parce qu’il faut que je retourne trois mois à temps plein, sinon je perds mes six années d’étude […]. Je vais y penser peut-être un an et demi avant que ça arrive […]. C’est soit trois mois à temps plein ou six mois à temps partiel, quelque chose comme ça […]. Hey, c’est tough de faire le deuil d’autant d’années d’étude. »

Toutefois, Catherine a confié qu’elle avait toujours voulu travailler dans le domaine du showbiz.

« Je demandais à mes parents des cours de radio, des cours d’acting, ils étaient dans le divan pendant des heures et je leur faisais des shows de n’importe quoi […]. J’ai toujours su que je voulais faire ça puis même que, je le pitch à l’univers, mais j’ai l’impression que j’irais bien plus en publicité. »

Elle a ensuite mentionné que ce qu’elle préfère de son métier d’influenceuse, c’est de créer des publicitiés.

« Influenceuse fois 1 000, no shame. Moi, avoir ma gang puis après ça, avoir les clients que je rêve de travailler avec eux depuis des années [qui]m’écrivent pour me dire  »Crée une pub pour nous ». De quoi tu parles! Là je m’assois, je crée la pub, je leur envoie et j’espère puis là chaque fois, bien ils aiment ça! », a-t-elle affirmé, toujours tel que rapporté par Narcity.

« Il y a beaucoup de médias traditionnels qui ont une vision négative des influenceurs […]. Ce mot fait très peur, mais moi je l’adore parce que qu’est-ce qu’on fait, même quand on ne fait pas de pub de crème ou peu importe, on influence. »

https://www.instagram.com/reel/CortXswsJDm/?utm_source=ig_web_copy_link

Source: Narcity

À propos de l’auteur: QcScoop

Votre gossip girl quebecois